Contes Yiddish2018

All Details

  • Du conteur à la musicienne, le spectacle est tissé de l’univers Yiddish, malicieux, parfois drôles et parfois sages. Souvent les deux.
    Ils s’adressent à tout le monde, petits et grands.

    • Une musicienne, un comédien
    • Des tissus, quelques valises
    • Un violon, une guitare
    • Deux voix : une chantée, une parlée

    Pour une plongée dans l’univers des contes et chants Yiddish d’Europe de l’Est.

    La complicité des deux artistes nous accompagne dans ce voyage avec douceur et surprise rythmique. Des airs traditionnels de la musique klezmer au style «Yiddish cabaret», jazz des années 50.

    La musicienne, maniant aussi bien les cordes de guitare, du violon que de sa voix, recherche et partage à travers cette musique un peu de culture de ses ancêtres, et de la vie au "shtetl", au village d'antan.

    Le comédien l’accompagne dans sa quête par la réappropriation de contes traditionnels mais aussi la lecture d’un album : Le Schmat Doudou. Leurs voix se tissent et pénètrent cet univers si lointain et pourtant si proche.

    Les personnages de ces contes s’emparent des obstacles de la vie avec malice et humour. Ils évoluent dans le décor de la Pologne du XIXème et du début du XXème siècle, mais qui sait depuis combien de temps ces histoires se transmettent de bouches à oreilles ?

  • Date de création
    01/10/2018
  • Date de création
  • Durée
    0 heure 50 minute
  • Age
    • à partir de 8 ans
  • Conditions Techniques
    • Jauge

      110 élèves maximum

    • Espace scénique

      4m x 2m

    • Tarif

      Nous consulter

  • Discographie
    • Discographie
    • Air traditionnel klezmer, violon (transmission orale)
      «Hulyet, hulyet», Mordekhay Gebirtig (1877-1942), compositeur et poète polonais en langue yiddish.

      Un hymne à l’enfance : «Jouez, jouez les enfants, Jouez tant que vous êtes jeunes, car du printemps à l’hiver, il n’y a qu’un saut de chat. Profitez de chaque battement de cil, jouez, mes cheveux sont grisonnants mais mon âme est encore jeune et voudrait tant se joindre à vos jeux d’enfants». Ce chant évoque la nostalgie de l’enfance et le temps qui passe, le narrateur jalouse les enfants qui ont encore tout le temps devant eux pour jouer.

      Yossel, Yossel : Chant et danse traditionnels, Chant d’amour et d’humour « Yossel, mon Yossel, je me sens vieille, la vie me file entre les doigts, je t’attends éperduement, viens me chercher, mon cher Yossel, fais -moi danser le Hora encore une fois!»

      Bei mir bist du schein, Jacob Jacobs (1890-1977) : Reprise par les Andrew Sisters, dans le style Yiddish cabaret (jazz), de nombreuses versions en anglais existent également. Une déclaration d’amour dansante : « Comme tu es belle près de moi, plus grande que le monde, je fonds pour toi ma bienaimée»

      Dire-Gelt : Chant traditionnel dans un yiddish aux expressions slaves. Une lamentation joyeuse sur les difficultés à payer son loyer : «Ay, ay, nous devons payer le loyer! Le propriétaire arrive, nous menace de son bâton, nous demande de payer. Pourquoi devrions-nous payer le loyer lorsque nous ne pouvons même pas cuisiner dans une cuisine toute cassée!»

      Tumbalalaika : Chant traditionnel de Russie. La balalaika est un instrument russe, une sorte de luth à caisse triangulaire et à manche long. « Qu’est-ce qui peut grandir sans pluie? Qu’est-ce qui peut brûler sans fin? qu’est-ce-qui peut languir et pleurer sans larmes?
      Une pierre peut grandir sans pluie, l’amour peut brûler sans fin, un coeur peut languir et brûler sans larmes. Résonne, Balalaika, joue Balalaika, et soyons heureux»

  • Les Contes
    • Le Cocher : Qu’il est épuisant d’être le cocher du sage Maggid de Doubno, dans l’ombre de ce prestigieux et savant personnage, qui depuis vingt ans parcourt les villages afin de transmettre son savoir et sa sagesse ! En quête de reconnaissance, le cocher demande à son maître une chose un peu folle : se mettre à la place du Maggid ne serait-ce qu’une journée. Le Maggid accepte, et se laisse surprendre par la malice du cocher, car cette inversion de rôle a des conséquences...
      Le Schmat Doudou, Muriel Bloch, illustré par Joëlle Jolivet, Editions Syros, 2009, 2015, album disponible dans toutes les librairies.
      Boubele est un garçon qui naît et grandit en compagnie de son Schmat Doudou, une ravissante couverture cousue et offerte par son grand-père tailleur. Mais avec les années, la couverture s’effiloche. Boubele refuse cependant de s’en séparer, et retourne voir son grand-père, qui de coups de ciseaux en aiguilles arrive à transformer le Schmat Doudou, au fil du temps...

      Le Chapeau : Yossele est un homme à qui la chance ne sourit jamais, qui peine à gagner sa vie, et dont la femme ne manque pas de lui rappeler ses défauts à longueur de journée. Un jour, entendant le rabbin évoquer un soir miraculeux du calendrier où le ciel s’ouvre à minuit pour exaucer les vœux, il prend son courage à deux mains et décide d’aller prononcer un vœu haut et fort au moment venu et à l’endroit précis où le ciel s’ouvre : «Je voudrais un Chapeau plein de roubles!» Hélas, le ciel se referme un peu trop vite et n’entend que la première partie de son vœu. Mais le simple chapeau qu’il reçoit en cadeau va malgré tout apporter des changements et renverser le sort.

      La fille du fermier : Perla est la fille d’un fermier qui subit de rudes épreuves de la part de son employeur Ruben : brimades, intimidations... Sous la forme de devinettes insolubles, le fermier est sur le point de tomber dans le piège de Ruben et ses énigmes. Voyant son père malheureux, Perla réagit avec intelligence et malice. Elle lui suggère de surprenantes réponses à ses devinettes. Ce qui ne manque pas d’attirer l’attention de Ruben, qui finira par tomber amoureux de la malicieuse Perla. Celle-ci finira par apprivoiser le personnage et apaiser les tensions au sein de la ferme.

  • Dossier de présentation à télécharger
Rechercher une proposition artistique

Appuyer sur entrer pour rechercher une proposition artistique.